Home > Tsunami >

 

 

 

 


Compte-rendu du 2 janvier 2005

Auroville tsunami: organisation des secours

Après l'aide initial qui a suivi les terribles vagues du tsunami du 26 décembre 2004, c'est à dire la mise en place de camps, la distribution de nourriture, de vêtements et d'articles de première nécessité, nous nous sommes rendu compte qu'il était nécessaire de créer une équipe qui pourrait fournir une aide à long terme.

Le 1 er janvier les camps ont été démontés et la deuxième phase de notre travail a commencé. Notre quartier général est maintenant complètement opérationnel: les ordinateurs ronronnent, les courriers électroniques sont téléchargés en ligne, les téléphones sonnent sans arrêt et il y a un flot continu de volontaires, chacun étant averti de la tâche qui lui est assignée.

D'une part, les groupes qui sont allés dans les villages dressent la liste des besoins de chacun ; d'autre part, une personne assise devant un ordinateur répond aux appels téléphoniques et aux courriers électroniques qui communiquent la plupart du temps des offres d'aide. Autour d'une table, des groupes se réunissent pour planifier les actions locales et coopérer avec les organismes de secours régionaux, nationaux et internationaux.

Ce séisme, dont les vagues funestes ont atteint tant de rivages, a permis de rapprocher les hommes. De vieilles factions ennemies coopèrent enfin pour surmonter rapidement cette épreuve et tout autour du globe, dans l'espace cybernétique, les ondes sont pleines de communication et de coopération.

Chaque jour, des réunions avec les coordinateurs, une le matin et une le soir, permet de faire le point de la situation. Les tâches sont revues, des propositions faites et des plans d'action établis. Nous avons trois équipes sur le terrain : une s'occupe des 5 villages situés au nord d'Auroville, une autre des 5 villages au sud et encore une autre des communautés d'Auroville situées en bordure de la plage.

Ces groupes visitent chaque village, y rencontrent les chefs, évaluent les besoins, se renseignent sur le genre d'aide qui a déjà été reçu des agences gouvernementales ou d'autres organismes et essaient de compléter les besoins.

Nous recevons beaucoup de marques de gratitude de la part des villageois et des félicitations de la part d'officiels du gouvernement local. Notre réaction a été l'une des plus rapides et des plus efficaces.

Une des principales tâches est actuellement le nettoyage des villages sinistrés. Chaque matin à 9 heures, deux minibus de volontaires partent d'Aurelec pour se rendre dans différents villages pour déblayer les débris des maisons écroulées.

Comme dit Alok, un des coordinateurs de l'équipe de nettoyage: « Il y a un élément psychologique très important dans ce nettoyage, parce que ce qui se passe d'habitude dans les villages affectés, c'est que des politiciens, ou des membres d'ONG viennent, distribuent de la nourriture, des couvertures ou même de l'argent et après la séance photo, tout le monde disparaît, laissant les villageois un peu déconcertés. Quand nous venons, nous restons avec eux, travaillons et communiquons, nous leur demandons quelle partie du village ils veulent que nous nettoyions d'abord et finalement, ils nous rejoignent et nous travaillons tous ensemble, ce qui crée un lien qui perdure jour après jour. »

Les équipes d'Auroville ont commencé par nettoyer les rues des villages et enlever les débris des maisons détruites. Nous arrivons progressivement aux arrière-cours et bientôt nous pourrons nettoyer l'intérieur des maisons encore debouts.

A présent, les volontaires ont besoin de gants, de râteaux, de pelles, de bâches et d'outils divers (ou plutôt des fonds pour pouvoir les acheter sur place). Parfois, certains de ces outils sont laissés sur place afin que les villageois puissent continuer individuellement à nettoyer leur maison.

« Et il nous faut de la nourriture, reprend Alok en riant, parce que nous sommes affamés après avoir travaillé plusieurs heures sous le soleil. »

Aujourd'hui, le 2 janvier, environ 100 volontaires, parmi eux des Auroviliens, des étudiants américains et allemands ainsi que des visiteurs, ont nettoyé le village de Ganagachettikullam, à côté d'Eternité, un des villages les plus affectés.

« Il reste encore beaucoup de travail là-bas, souligne Alok, nous estimons qu'il faudra encore trois semaines pour nettoyer tous les villages ».

Simultanément, un grand effort de distribution est en cours. La bonne volonté démontrée à cette occasion est contagieuse. Quand nous sommes allés acheter des cahiers pour les élèves à la papeterie de Pondichéry, chez Mr Singaram, il nous a offert 1250 cahiers ! Un des professeurs a acheté des cahiers pour tous les enfants de son école et de l'école voisine. Les femmes des villages situées plus à l'intérieur des terres ont rempli 3 jeeps d'habits destinés à ceux qui avaient tout perdu. Nous achetons aussi des ballons de volley-ball et de football, car l'un des problèmes à lequel nous devons faire face aujourd'hui est l'état de désœuvrement dans lequel se trouvent les gens qui ont tout perdu. Ils se sentent impuissants à la perspective de devoir recommencer à zéro.

La prochaine étape, après avoir nettoyé et distribué les articles de première nécessité, sera bien sûr de reconstruire les maisons et d'aider les pêcheurs à racheter des bateaux et des filets afin qu'ils puissent reprendre leur activité, mais cela prendra plus de temps.

L'organisation des secours, tout particulièrement la transparence financière que nécessite une opération de cette envergure, est déjà en place et se perfectionne. Certains de nos anciens « experts financiers » sont là et conseillent les jeunes pour mettre en place une nouvelle organisation tout comme nous l'avions fait il y a 30 ans ! C'est le plus grand cadeau de cette crise, de nous réunir, villageois et Auroviliens, jeunes et vieux dans toute leur diversité et une chance de nous lancer énergiquement dans une bonne action.

Nous avons eu aussi un compte-rendu de l'équipe de secours s'occupant des communautés d'Auroville situées sur la plage. Cette équipe est constituée de deux groupes d'Auroviliens travaillant à différents niveaux. Simone et Marc visitent toutes les communautés situées en bordure de la plage et s'entretiennent avec les Auroviliens qui y habitent. Ils les écoutent, notent leurs besoins immédiats et leur procurent un réconfort moral. Francis, Dhanapal, Rolf, Bunty et Ashatit sont en train d'estimer les besoins et cherchent des solutions adaptées.

L'étude des communautés touchées par le tsunami a déjà commencé et sera terminée dans les jours à venir.

Il a été décidé d'assurer d'abord la sécurité des terrains et des propriétés d'Auroville en construisant des haies temporaires et en remettant en état le système de distribution d'eau.

Des problèmes de sécurité ont été signalés à Eternité et des gardes vont être engagés pour patrouiller dans la communauté pendant le nuit : « la reconstruction des communautés situées sur la plage, dit Ashatit, le coordinateur de l'équipe, est une opération qui prendra du temps et qui dépendra des fonds disponibles. Il faut comprendre que tous les besoins, même les plus urgents, ne peuvent pas être assumés immédiatement à cause des ressources limités. »

Nous remercions tous ceux qui nous aident et contribuent, ici en Inde et partout dans le monde.

Comment et pour quoi contribuer ?

Votre soutien et vos contributions sont les bienvenues. Même modestes, elles seront d'une grande aide dans les circonstances tragiques actuelles.

1. Depuis l'Inde

Les donations venant d'Inde peuvent être effectuées sous forme de mandat (DD) ou de chèque libellé au nom d' Auroville Fund « Tsunami Relief » ou transférées à la State Bank of India Auroville Township,

Kuilapalayam Auroville
605101 TN India
Branch code - 03160,
Compte - Auroville Fund,
Numéro – 01000013310,
Description: "Tsunami Relief"

Notez que les donateurs Indiens peuvent bénéficier d'une exemption d'impôts conformément au paragraphe 80G de la loi régissant les impôts sur les revenus.

2. Depuis l'étranger

a. donations « en ligne »
Transactions « en ligne » effectuées via AVI USA
http://aviusa.org/donations_donatenow.html
Transactions « en ligne » effectuées via AVI UK
http://www.aviuk.org/fundraising.htm

b. par la poste, mandats ou chèques

Les donations en provenance de l'étranger peuvent effectuées par virement ou par chèques libellés au nom d'Auroville Fund "Tsunami Relief" à:
AUROVILLE TSUNAMI RELIEF
Aurelec, Prayogshala
AUROVILLE
T.N. 605101
INDIA

c. par transaction bancaire à:

STATE BANK OF INDIA AUROVILLE TOWNSHIP ,
Branch Code - 03160
Swift Code - SBININBB474
Compte - AUROVILLE FUND
Numéro de compte - 01000060095
Description: Auroville Fund "Tsunami Relief"

d. vous pouvez aussi contribuer à travers le centre AVI de votre pays et obtenir une déduction d'impôts.

***Sous la rubrique « Détail », veuillez préciser : « Travail de Secours aux Villages » ou « Secours des Communautés d'Auroville situées sur la plage ».

***vous pouvez aussi donner un pourcentage de répartition des allocations.

***Nous vous conseillons de nous envoyer un courrier électronique pour nous informer de votre transaction.

Nous vous prions d'être généreux dans cette grande crise.
Pour plus d'information, contactez :
tsunami@auroville.org.in
Auroville Tsunami Relief
En face d' Aurelec, Kuilapalayam
Auroville - 605101
Tamil Nadu - India
Tel: (91) 0413 2622184
Hemant: 944 3222749